Vernir un tableau acrylique

Que vous soyez artiste-peintre ou collectionneur, le but est le même : offrir un rendu optimal à votre tableau, et lui garantir la meilleure conservation possible.

Certains artistes font le choix de ne pas vernir, comme c’était le cas de beaucoup d’impressionnistes pour garder un aspect plus naturel à leurs tableaux, mais comme nous allons le voir, un vernis apporte beaucoup d’avantages. Lire la suite…

Comment bien conserver un tableau de peinture acrylique, et le transporter

Voici un document élaboré par des experts en la matière (AXA Art, en tant qu’assureurs ils doivent tenir à ce que les tableaux assurés restent en bon état !), qui explique les facteurs influant sur la bonne conservation d’un tableau peint à l’acrylique. Egalement des conseils sur la protection du tableau lors d’un transport, par exemple vers une galerie ou un collectionneur.

J’ai particulièrement retenu l’influence de la température, dont les extrêmes sont rapidement atteints : en dessous de 10° C, le risque de craquelures se met à augmenter, tandis qu’au dessus de 30° C, la surface ramollie de l’acrylique se met à absorber de plus en plus de poussière. L’intérêt de vernir le tableau est alors évident.

Document PDF (en englais) : Carring for acrylics – THE TATE AXA ART MODERN PAINTS PROJECT

Peinture et philosophie : Gilles Deleuze

Grace à Wang Yan Cheng, je viens de découvrir le philosophe Gilles Deleuze. Un ensemble de 8 séances sur la peinture, datant de son enseignement des années 80, est disponible.

Dans un discours très accessible et vivant, il explique le processus de création picturale. En prenant pour exemples Cézanne, Turner, Bacon… le philosophe montre que la peinture d’un tableau passe par une phase nécessaire de chaos. De là, une sorte de germe doit se développer, qui, sous la forme d’un diagramme propre à l’artiste, débouchera sur un fait pictural. C’est à dire le tableau fini et réussi. Ou sur rien du tout, si le peintre ne parvient pas à faire monter la couleur du chaos. Dit comme ça, ce n’est peut-être pas évident à saisir, mais Deleuze prend le temps de tout décortiquer, au cours des trois premières séances. Ce sont celles-là que j’ai trouvées les plus intéressantes.

De nombreuses retranscriptions des cours de Gilles Deleuze sont disponibles sur univ-paris8.fr, mais je n’ai pas trouvé les premières séances sur la peinture. En fait, elles y sont. La qualité du 1er enregistrement est mauvaise, mais elle devient bonne à partir du 2d.

Je les ai également enregistrées depuis youtube en mp3 :

Ou peindre quand on a pas de place ?

Il n’y a pas de place dans la maison ?
Quand on a la chance d’avoir un jardin, on peut tout peindre dehors.

L’artiste Sandy Dooley en a fait son atelier. Pas besoin de faire de la peinture figurative pour y peindre, c’est juste un atelier a l’extérieur qui se prête à ses tableaux semi-abstraits. Et comme elle fait beaucoup de dripping et de flicking, pas de risque de taches.

Je peint dans le jardin à la belle saison, mais j’avoue préférer le confort de l’intérieur en plein hiver!

Etude de couleur – triade

Dernière étude de couleur de la série, avec une triade de jaune, bleu céruleum, et garance carmin. On appelle cette combinaison un triade, car les 3 couleurs forment un triangle isocèle sur la roue. La plus connue est celle des 3 couleurs primaires, mais on peut faire une rotation du triangle tout autour de la roue.

La triade est réputée former un contraste intéressant. Le mélange des couleurs 2 à 2 produit de nombreuses intermédiaires, les 3 ensemble tendent vers les gris colorés.