Vernir un tableau acrylique

Que vous soyez artiste-peintre ou collectionneur, le but est le même : offrir un rendu optimal à votre tableau, et lui garantir la meilleure conservation possible.

Certains artistes font le choix de ne pas vernir, comme c’était le cas de beaucoup d’impressionnistes pour garder un aspect plus naturel à leurs tableaux, mais comme nous allons le voir, un vernis apporte beaucoup d’avantages. Lire la suite…

Etude de couleur – triade

Dernière étude de couleur de la série, avec une triade de jaune, bleu céruleum, et garance carmin. On appelle cette combinaison un triade, car les 3 couleurs forment un triangle isocèle sur la roue. La plus connue est celle des 3 couleurs primaires, mais on peut faire une rotation du triangle tout autour de la roue.

La triade est réputée former un contraste intéressant. Le mélange des couleurs 2 à 2 produit de nombreuses intermédiaires, les 3 ensemble tendent vers les gris colorés.

Etude de couleur – 3 analogues, 1 complementaire

Une étude de couleurs, avec :

  • 3 analogues : orange, jaune citron, et vert de vessie (un vert-jaune pas trop vif)
    Ces couleurs sont dites analogues car contiguës sur la roue des couleurs. Elles sont plutôt harmonieuses entre elles.
  • 1 complémentaire : violet outremer
    Complémentaire des 3 analogues, car en face du jaune citron sur la roue.

Cette palette de couleurs a permis ici de tout représenter dans des tons réalistes (il faut dire que le champ de lavande, ça tombait bien !).

Le mélange des complémentaires donne ici un neutre chaud, dans les tons « terre ».

Etude de couleur – 2 complementaires

Première application du livre de Stephen Quiller : 2 couleurs complémentaires pour toute palette, l’orange et le bleu outremer . La gamme des couleurs possibles est donc très limitée, et provoque des effets inhabituels. Intéressant, pour se forcer à sortir du réalisme. Ici, le bleu outremer est utilisé pour les valeurs sombres, et apporte un côté clair de Lune…

Livre – Color choices, de Stephen Quiller

Ce livre contient une roue des couleurs très détaillée, avec les vrais noms qu’on retrouve sur les tubes de couleurs, et plusieurs approches dans l’association des couleurs en peinture.

La roue des couleurs de Stephen Quiller est devenue populaire. Son principal intérêt est d’être très détaillée : on y retrouve les principales couleurs disponibles pour les beaux arts, et elles sont placées en fonction de leur teinte et de leur saturation.
Il devient donc facile de savoir si tel bleu est plutôt rouge ou plutôt jaune. Ou si tel vert est vif (complètement saturé, sur le bord de la roue) ou s’il est plus neutre (désaturé, vert l’intérieur de la roue).

Le système d’association des couleurs comprend :

  • les monochromes
  • les 2 complémentaires
  • les 3 analogues + 1 complémentaire (ex. rouge de cadmium, rouge orangé, orange, et bleu phtalo)
  • les triades : un triangle isocèle sur la roue (ex. les 3 primaires ensemble, ou les 3 secondaires, ou encore 3 tertiaires en triangle)

L’association de ces couleurs ainsi choisies procure des contrastes intéressants. Leur mélange apporte des teintes neutralisées (tirant vers des gris colorés) plaisantes.

Un livre très intéressant, apportant les notions indispensables en couleur, et permettant de s’exercer aux mélanges.
Dans les prochains articles, je relaterai quelques études de couleurs que j’ai faites à l’occasion de la lecture de ce bouquin.

Aquarelles Winsor & Newton et Daler-Rowney

Après une longue pause sur ce blog, durant laquelle je me suis adonné à la photo de jardin, c’est le retour !

Voici une aquarelle d’après Terry Harrison que j’avais peinte il y a quelques années, avec des couleurs Winsor & Newton « Cotman » :

Je me suis amusé à la refaire, cette fois-ci avec des couleurs Daler-Rowney « Artists’ ». Il y a des différences dans le paysage (notamment l’avant plan où j’ai dessiné les herbes après retrait du liquide de masquage), mais on voit bien globalement la différence dans les couleurs :

Précisons que Cotman est l’entrée de gamme chez WN, alors que Artists’ est le haut de gamme chez DR.

Dans la première version j’ai fait des mélanges de couleur « à ma sauce », alors que j’avais exactement les mêmes que T. Harrisson dans la seconde (le vert oxyde de chrome m’a semblé un peu clair, tout de même). Ce n’est donc pas un comparatif sur la qualité des couleurs, mais je trouve la différence de résultat intéressante.

Cette seconde version me parait plus naturelle, au moins pour le champ de blé. Et vous ?