La chute de Gimel – aquarelle

Un ruisseau disparaissant dans un mélange d’écume et de feuillage, en Corrèze.

J’ai projeté du liquide de masquage, et de l’aquarelle pour les fonds de feuillage, avec une brosse à dents.

Les troncs ont été faits en humide sur humide.

8 réflexions au sujet de « La chute de Gimel – aquarelle »

  1. Voilà une aquarelle qui donne à rêver… Les jeux d’ombre et de lumière, le chaud et le froid, le flou et le détail… On voudrait pouvoir/savoir utiliser la couleur avec autant de bonheur pour exprimer ses sentiments. C’est digne de la musique de Beethoven dans la Symphonie Pastorale!

  2. Rien que ça, oui, ce ne sont que quelques correspondances… (comme dirait Don Camillo) mais qui expriment si bien l’éveil d’impressions joyeuses au contact de la nature!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*